Avec la fin du concours, tout le monde veut devenir infirmier !

Par Xavier Bataille    

 
Un premier bilan de cette évolution met en évidence l’attrait de la profession chez les jeunes, puisque sur 8,6 millions de vœux, 1,5 millions concernent les IFSI faisant d’eux la première demande devant le droit et la médecine ! « Les formations d’infirmiers avaient souhaité rejoindre Parcoursup précisément parce que ça apportait un surcroît d’attractivité sur des métiers difficiles et exigeants. Donc là il y a un vrai effet, un vrai engouement de la part des lycéens » estime Jérôme Teillard, chargé du projet Parcoursup au ministère de l’Enseignement supérieur.
 
Mais, au-delà de l’engouement, ces chiffres traduiraient également une certaine incompréhension de la formation infirmière… 
 
Ainsi, à l’occasion d’une table ronde sur le sujet au salon infirmier qui se tenait cette semaine, Isabelle Bayle directrice de l’IFSI de Saverne en Alsace a souligné
« les professeurs, les conseillers d’orientation ne connaissent pas notre métier, ils ne savent pas orienter les jeunes qui veulent aller vers le soin. On entend parfois des professeurs de mathématiques ou de biologie dire à des élèves qu’ils ont de trop bons résultats en sciences, et que la formation infirmière n’est pas faite pour eux. Et, au contraire, on voit des gens qui sont identifiés comme faits pour ce métier, alors qu’ils ont 2 en maths, 4 en bio et 3 en français ».
 

Aussi, elle rappelle « Parcoursup, c’est l’universitarisation, les masters, les doctorats, les pratiques avancées. Si les étudiants n’ont pas les bases méthodologiques, ils ne pourront pas faire de parcours universitaire ».

JIM

juin 3, 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *