Assistants médicaux : la CNAM rassure la profession infirmière

Par Frédéric Haroche

L’annonce par le Président de la République de la création d’une nouvelle profession d’assistant médical avait suscité l’émoi et des craintes importantes chez les infirmiers libéraux. Ils redoutaient en effet que ce métier mal défini ne reprenne une partie de leurs compétences.

La dernière séance de négociations entre les syndicats médicaux et l’Assurance maladie a cependant permis de lever une partie de ces inquiétudes.

Ainsi, dans la dernière proposition émise par la CNAM (Caisse nationale d’Assurance maladie), le texte précise :

« les fonctions exercées par l’assistant médical, qui sont des missions propres, doivent se distinguer de celles relevant des autres catégories de métiers (…). S’il est possible qu’une infirmière se voit confier la fonction d’assistant médical et, à ce titre, puisse réaliser un acte relevant de son champ de compétence, cela ne peut s’envisager que ponctuellement et dans le cadre d’une consultation médicale, sans qu’il s’agisse de développer ainsi une activité courante de soin infirmier qui relèverait d’un exercice professionnel propre ».

Face à cette mise au point, la FNI (Fédération nationale des infirmiers) a pu se féliciter :

« il est encore difficile de savoir si cet accord sera validé. Mais qu’importe. Même si les médecins refusaient les conditions de financement que leur propose l’assurance-maladie, et qu’aucun de leurs syndicats ne signait l’avenant proposé, une chose est acquise : le périmètre du métier des futurs assistants médicaux est désormais défini. Le scénario catastrophe, un temps redouté, avec des infirmiers salariés des cabinets médicaux, et l’émergence d’une concurrence frontale sur les actes des IDEL, est, pour le moment, écarté».

JIM

avril 19, 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *